mardi 30 juin 2020

#ProjetMaki " Vous prendrez bien quelques nouvelles " Juin 2020


Principe :

 Lire au moins un texte court par semaine durant l'année 2020. Par texte court, s'entendent les nouvelles isolées disponibles à l'unité, celles issues des revues types Bifrost, Angle-Mort... ou encore celles publiées dans des recueils et des anthologies, sans oublier les novellas. Je précise qu'il s'agit de textes relevant obligatoirement des littératures de l'Imaginaire.

J'ai choisi comme objectif : 

l'objectif Maki Catta : Carton plein, avec au moins une nouvelle par semaine soit au moins 52 textes.


J'en ai lu 24/52

#22 Pas pu lire de nouvelle cette semaine là.


#23 La quête de Clifford M - Bob Leman 

Je n'ai pas vraiment accroché à cette histoire de vampire, capturé par des humains, maintenu en captivité, ou il intègre la société et devient une personne tout à fait respectable, et même bien plus encore.
Mais voilà, Clifford M se rend bien compte, qu'il lui manque quelque chose et il va engager sa fortune dans cette quête de savoir, de connaissance de soi.
Après tout ce parcours, il découvre enfin sa vérité, mais malheureusement pas celle qu'il imagine apparemment au vu du final.

5/10

#24 Fille de l'espace - Audrey Pleynet 


Théana, 16 ans vit avec sa famille, tous les six mois, ensemble, ils sont projetés sur une planète à travers la galaxie, car en effet nul ne peut résider de manière pérenne sur une planète, condition pour maintenir une paix certaine.
Tous sont migrants et de manière cyclique, ils découvrent un nouveau lieu de vie, la destination n'est pas choisie mais, imposée, parfois la planète est agréable, parfois beaucoup moins, vous pouvez refuser mais si vous le faites, vous êtes exclu du système. 
C'est un peu le système du marche ou crève.
Théana, deviens majeure et elle doit faire maintenant ses rotations de planètes seule, c'est la règle.
Elle y rencontrera Mika, au gré des rotations et de manière fortuite, ils se reverront et comme quelquefois la vie est bien faite, elle trouvera la clé qui ouvre le cadenas ! 
Une façon intéressante d'imaginer les migrations du futur dans ce space opéra, un vrai sujet en devenir !
Je découvre l'autrice, je dois dire que j'ai beaucoup aimé  sa plume, c'est fin, c'est subtil, c'est à lire.

9/10 

#25 Dealers d'iceberg - Stéphane Desienne 

Une novelette sur le thème de l'eau, ressource qui est devenue extrêmement rare, au point que les derniers icebergs deviennent la convoitise du plus offrant, un nouveau genre de dealers fait son apparition.
C'est un sujet on ne plus d'actualité, à l'heure des restrictions d'eau !

7/10


Le récap de tous les blogopotes ici



dimanche 21 juin 2020

Tepuy

464 pages 

Quatrième de couverture:

 Une jeune femme se réveille au milieu de la jungle, seule, blessée, reliée à un parachute en lambeaux et… amnésique. Elle ne se souvient que de son prénom : Ruzena. Autour d’elle, à perte de vue, la végétation.
  Très vite, un homme la contacte sur son talkie-walkie. D’après lui, ils seraient venus tous les deux jusqu’au Venezuela pour une mission de sauvetage en Amazonie, avant de se crasher sur un tepuy, un haut plateau gigantesque dominant la région.
  Mais ils ne sont pas les seuls dans les parages. Des mercenaires au physique effrayant quadrillent la zone, manifestement en quête d’un site perdu au cœur de la forêt, et du secret qu’il abrite.
  Au même moment, à des milliers de kilomètres de là, en Floride, un détective privé est embauché par le propriétaire d’un aérodrome pour retrouver un avion volé. Son enquête va l’amener à s’intéresser de près à une multinationale aux pratiques peu recommandables.

Mon Post-it:

Dès le début, on se retrouve sur le tepuy Vénézuélien ou l'aventure démarre rapidement pour Ruzena devenue amnésique et son compagnon de voyage Chris.
On découvre le milieu où ils évoluent, le récit se déroule sur cinq jours, alternant le Venezuela et les États-unis pour la partie thriller/enquête.
Mais voilà qu'après l'entrée en matière, le récit va tourner un peu en rond pendant près de la moitié du livre, Ruz et Chris vont évoluer sur ce haut plateau et découvrir des mercenaires au physique particulier, mais pas seulement, ils vont appréhender leur environnement et tels des aventuriers,  tenter de survivre.
Pendant ce temps, la Dervac, puissante société pharmaceutique qui a découvert un secret par le biais de ces scientifiques sur le tepuy va tout faire pour empêcher des fuites.
Vous l'avez compris, nos deux " amis " sont arrivés au mauvais endroit, au mauvais moment, même si eux aussi ont un but !
Jusqu'ici, il ne sait pas passé grand chose d'excitant, et  il faudra attendre la seconde moitié du roman pour que tout s'accélère, et apercevoir la partie SF émerger enfin et commencer à prendre plaisir, parce que oui, la partie qui nous intéresse est bien imaginé, les chapitres d'enquêtes moins présents, voire absents vers la fin, apportent une meilleure immersion dans cette région tropicale isolée.
Petit à petit, Ruz va retrouver la mémoire et va nous permettre d'en savoir plus sur certains personnages.
Malgré ce sursaut dans la deuxième partie qui reste en dents de scie, j'aurais aimé découvrir un peu plus le tepuy et son écosystème, ce qui aurait, je pense apporter du corps, du caractère au roman.
Tous ne sortiront pas indemnes de l'aventure, la fin est plutôt classique mais bien réalisée.

Un thriller d'aventure avec un soupçon de SF, dans un lieu original qui manque de développement, j'avais nettement préféré le très bon " Dominium Mundi " de François Baranger, même si j'ai conscience que " Tepuy " est d'un style plus light évidemment.

Grâce à l'auteur, j'ai découvert le Tepuy, je le remercie. Découvrez cette curiosité impressionnante en cliquant  ICI


Ma note:  5,5/10











samedi 13 juin 2020

Spin



624 pages

Quatrième de couverture :
Une nuit d'octobre, Tyler Dupree, douze ans, et ses deux meilleurs amis, Jason et Diane Lawton, quatorze ans, assistent à la disparition soudaine des étoiles. Bientôt, l'humanité s'aperçoit que la Terre est entourée d'une barrière à l'extérieur de laquelle le temps s'écoule des millions de fois plus vite. La lune a disparu, le soleil est un simulacre, les satellites artificiels sont retombés sur terre. Mais le plus grave, c'est qu'à la vitesse à laquelle vieillit désormais le véritable soleil, l'humanité n'a plus que quelques décennies à vivre... Qui a emprisonné la terre derrière le Bouclier d'Octobre ? Et s'il s'agit d'extraterrestres, pourquoi ont-ils agi ainsi ? 

Mon post-it:

Après ce mystérieux événement de la disparition des étoiles par un filtre sélectif temporel " spin " qui entoure la terre,  Robert Charles Wilson va nous faire vivre une véritable histoire, avec des personnages développés, des flash-backs entre la jeunesse de Tyler, Diane et Jason, leurs vies d'adultes parfois complexes et leur futur.
Ce qui est intéressant, c'est la façon d'imbriquer toute cette histoire pour garder une intrigue forte et qui donne envie de découvrir la suite, mais attention, il faut être patient, très patient, car l'auteur aime prendre son temps pour nos distribuer les cartes de tout cet enchevêtrement.
Rapidement, on comprend les enjeux énormes qui pèse sur l'humanité et la dimension du roman va devenir monumentale.
Les chapitres " futurs " donnent vraiment du pep's au livre avec son côté palpitant et exotique, immersion garantie. 
La partie SF est superbement bien pensée, subtil et ça j'aime beaucoup, elle va nous emmener vers Mars, et bien au-delà, des projets plus ou moins réussis et on découvre que l'Homme dans sa quête à la compréhension de ce " spin "
 Qui ? Pourquoi ? Comment ? Ne manque pas d'imagination ni d'aberration.
La fin est vraiment bonne, même si on n'a pas toutes les réponses à nos questions, il faudra pour cela lire la suite, mais la première pensée que j'ai eue, c'est merci Robert, je ne verrai plus les arcs-en-ciel de la même façon ! ( oui, je sais, c'est bizarre )

Malgré le rythme lent, du roman et un Tyler, personnage principal du roman un peu trop gentillet, Spin est un livre à lire.
Largement accessible, car bien écrit et immersif, difficile de ne pas aimer un livre qui nous met au centre du " jeu ".

Ma note:  9/10

D'autres avis : Le chien critiqueCélindanaéRsfblogAnudarAlbédo, 



6. Amérique du nord





 




dimanche 31 mai 2020

#ProjetMaki " Vous prendrez bien quelques nouvelles " Mai 2020



Principe :

 Lire au moins un texte court par semaine durant l'année 2020. Par texte court, s'entendent les nouvelles isolées disponibles à l'unité, celles issues des revues types Bifrost, Angle-Mort... ou encore celles publiées dans des recueils et des anthologies, sans oublier les novellas. Je précise qu'il s'agit de textes relevant obligatoirement des littératures de l'Imaginaire.

J'ai choisi comme objectif : 

l'objectif Maki Catta : Carton plein, avec au moins une nouvelle par semaine soit au moins 52 textes.


21/52


#17 T'ien-Keou - Laurent Genefort 

Ou-I-Pai, gamin au service d'un artiste, veut intégrer un puissant clan d'assassins, mais pour y arriver, il faut passer une épreuve, difficile et dangereuse.
Il fait part de son souhait à son maitre, qui lui propose de faire quelque chose en échange d'une arme qui lui sera d'une aide précieuse pour réussir son challenge.
Une fleur, du thé et des dragons, un univers purement asiatique saupoudré de SF, car le tout se déroule dans un astéroïde ! 
Surprenant, une nouvelle dans un univers atypique.

7/10

#18 Les fruits du jinmenju - Pierre Brulhet 

Dans la ville de Takayama au Japon, le jeune Ari est victime de harcèlement dans son école, il subit les moqueries et les mauvaises farces.
Alors qu'il est collé un samedi, il est en charge de nettoyer la cour, il fait la connaissant d'un arbre jinmenju, on l'appelle aussi l'arbre aux visages humains relatifs à ses fruits, c'est un arbre yokai. 
De retour à l'école, Ari se retrouve de nouveau face à cette bande d'un genre violent, pris entre l'arbre et ses canailles, ils vont découvrirent la force des Yokai, et la puissance de ses fruits !
Une nouvelle qui nous en apprend plus sur les créatures surnaturelles, les esprits malicieux, parfois malfaisants du folklore japonais, très intéressante nouvelle, même si elle simple dans son intrigue.

7/10


#19 La saison du ver - Bob Leman 

Dans un style horrifique, glauque, cette nouvelle nous raconte l'étrange vie de Harvey, et d'un ver géant télépathe, transformiste, oui je sais c'est strange, pourtant c'est réel pour cette famille qui va vivre un destin non enviable, même si ce ver végétarien n'est pas là par hasard, il est sans pitié et malfaisant.
Une rencontre ne vous tente pas, je peux comprendre mais ne manquez pas cette nouvelle, certes simple mais bizarrement efficace.

8,5/10

#20 Les champs d'Abraham - Robert Charles Wilson 

Jacob est un ado qui vit avec sa soeur Rachel un poil plus âgé que lui et qui est schizophrène, plus de parents, ils survivent tant bien que mal, dans ce vingtième siècle froid et rude.
Jacob rencontre régulièrement Oscar un libraire avec qui il partage des sessions d'échecs, Oscar est un personnage particulier, il pousse Jacob vers des choix ou la frontière entre le réel et le surnaturel est mince, entre Sf et fantastique.
J'ai vraiment eu un petit coup de frisson quand, Jacob retrouve une partie de sa soeur ( partie morte dû à la maladie ) dans un autre univers, dans une autre dimension, je me suis imaginé le passage petit à petit vers l'au-delà, vers la mort. 
C'est étrange, c'est assez sombre, une belle façon d'imaginer le passage d'une frontière à l'autre.

8,5/10


#21 Immunité - Philip K. Dick 

Suite à un accident nucléaire, certains humains sont devenus télépathes, ils sont appelés les T.P , ces mutants sont capables de sonder au plus profond les citoyens récalcitrants avec le gouvernement.
Seul moyen de se protéger " le capuchon " une barrière qui permet d'échapper à la sonde mentale.
Sur fond de complot politique, on découvre dans cette nouvelle le dernier rempart de liberté malmené: la pensée et c'est flippant d'imaginer une telle possibilité, être lu comme dans un livre ouvert sans barrière ! 

9/10


Le récap de tous les blogopotes ici




mardi 26 mai 2020

L'option Excalibur

384 pages

Quatrième de couverture:

La flottille est condamnée, avec l'armée qu'elle conduit en France pour le service du roi Édouard III. Une tempête l'a surprise pendant la traversée du Lancastre à la Normandie.
Sir George Wincaster, son épouse, son fils et quelque mille chevaliers, soldats et marins ne doivent leur salut qu'à l'intervention providentielle d'un astronef extraterrestre qui les arrache à la fureur des éléments.
Mais le sauvetage est intéressé. Les maîtres du vaisseau spatial réduisent les captifs à la condition de mercenaires « primitifs », et c'est un enchaînement sans fin de batailles qui les attend pour le compte d'une guilde galactique.
Y aura-t-il un jour, dans un lointain futur, où ils pourront enfin se libérer de ce joug humiliant dont ils ignorent même la raison ?

Mon Post-it:

Intrigué par cette histoire de rencontre entre une armée Anglaise du quatorzième siècle et des extraterrestres, je me suis lancé dans cette aventure originale.
Dès les premières pages, on rentre dans le vif du sujet et ça j'aime beaucoup, on y découvre avec un certain amusement la rencontre de deux entités aux antipodes, Sir Georges Wincaster, baron de Wickworth face aux étranges créatures extraterrestres devenus leurs maitres.
Le deal est simple pour les Anglais, ils restent en vie s'ils gagnent les batailles auxquelles ils vont être confrontés.
Ils vont voyager de planète en planète pour vaincre des armées autochtones pour le compte de la guilde galactique, le but : faire de ces planètes des colonies d'extractions de ressources, l'auteur décrit très bien les premières batailles et démontre la force de frappe et d'organisation de l'armée anglaise, surtout grâce aux archers et leurs longbows, une arme redoutable.
Dans l'histoire, on suit essentiellement Sir Georges dit le baron, qui découvre l'IA à bord du vaisseau, la gravité, la stase, la vitesse supraluminique, les capacités des E.T à ressusciter les hommes, senseurs optiques et cie.
Sir Georges Wincaster atteste d'une certaine qualité de négociations avec le bouffon/diablotin commandant du vaisseau pour la guilde, ce qui lui permet à son armée et à lui-même un certain " confort " de vie.
Au fil des pages, on se demande comment les Anglais vont se sortir de cette servitude, et pourquoi une entité aussi avancée a besoin de mercenaires primitifs, l'intrigue sur ce point est assez bonne, je n'en dirais pas plus au risque de gâcher la découverte puisque c'est quand même tout le sel de cette histoire.
Les Anglais arraché à leur destin vont plus que s'adapter à leur environnement, la fin est un peu tirée par les cheveux et précipitée, dommage. 
On passe malgré tout un bon moment et c'est plutôt une lecture divertissante.
David Weber se fait plaisir par moments pour lancer quelques piques par-ci par-là sur les français, au moyen âge, on ne manque pas d'humour !

Quand la SF et le Moyen Âge se rencontre cela donne une histoire originale, divertissante, tendue par moments avec une fin un peu " hollywoodienne " et rapide.


Ma note: 7/10 











vendredi 8 mai 2020

La mort immortelle


Audiobook, 29h13 min 

Résumé du livre audio:

Un demi-siècle après l’Ultime Bataille, l’équilibre précaire dû à la dissuasion de la forêt sombre continue de maintenir les envahisseurs trisolariens à distance. La Terre jouit d’une prospérité sans précédent grâce au transfert des connaissances et des technologies trisolariennes. La science humaine connaît des progrès remarquables, les Trisolariens découvrent avec fascination la culture humaine et l’espoir grandit que les deux civilisations puissent bientôt coexister pacifiquement sans la terrible menace d’une annihilation réciproque. Mais lorsqu’une ingénieure en aéronautique originaire du début du XXIe siècle sort de son hibernation, elle réveille avec elle le souvenir d’un programme qui menace cet équilibre. Bientôt, l’humanité aura à faire un choix : partir à la conquête d’autres univers ou mourir dans son berceau.

Mon Post-it:

Dans ce dernier opus, la rencontre avec les Trisolariens approche, mais pas tout à fait comme on pouvait l'imaginer, effectivement au début, le contrôle de l'humanité paraissait inéluctable, mais un événement inattendu va obliger Trisolaris  à coopérer avec les êtres humains.
Quand on pense être le plus fort, il y en a toujours un plus fort que vous.


À partir de ce moment, l'auteur va nous faire rentrer dans son univers et attention lecteur, car il va falloir s'accrocher, en effet Liu Cixin a de l'imagination, qui peine à canaliser par moments, il faut le dire, ça part dans tous les sens, explore des projets, des concepts qui parfois n'aboutiront à rien, et j'avoue avoir perdu le fil quelquefois.
Néanmoins, vous y ferez un baptême dans la quatrième dimension assez déroutant, des découvertes cosmiques qui vous donneront le vertige !

 Les réflexions sont nombreuses, les personnages pas si abondant  finalement et c'est tant mieux, on prend des claques de toutes parts, comme pour les tomes précédents c'est lent, c'est causant par moments mais après coup, on réalise la puissance du roman et l'imagination du Monsieur, énorme !!

Au final, un roman riche, peut-être trop, bavard c'est certain, Liu Cixin prend son temps pour nous exposer toutes les facettes de son imagination, et pour le lecteur c'est captivant, addictif mais pour cela il vous faudra accepter de voyager loin, très loin ...

Ce que j'ai retenu de cette trilogie, c'est l'histoire de la forêt sombre qui est juste passionnante, ou l'expression " vivons heureux, vivons cachés " prend ici tout son sens, 
 j'ai quand même eu une préférence pour le tome 2. 

Ma Note: 8,5/10

La Trilogie: 8,5/10  Tome 1Tome 2


5.Asie
C'est par ici


67h36 d'écoute 












   
  
  

dimanche 3 mai 2020

Le sang des fleurs

288 pages 

Quatrième de couverture:

Elle est beaucoup trop bavarde, je vous conseille de faire l'impasse, sinon c'est par ici 

Mon Post-it:

Nous le savons ( ou pas ! ) mais l'effondrement des colonies d'abeilles est un drame écologique avec des effets négatifs sous-évalués, c'est ce que " le sang des fleurs " veut nous démontrer dans une histoire familiale dramatico-fantastique, éviter la beepocalypse.
 Le récit étalé sur seize jours, alternant la vie d'Orvo le personnage principal, père, directeur d'une entreprise de pompes funèbres et apiculteur et le blog d'Eero le fils de celui-ci.
Pour Orvo, on y trouve les vicissitudes de la vie,  des passages prenants notamment sur le métier de pompes funèbres, on en apprend pas mal sur la biologie des abeilles et sur la mythologie.
Pour Eero, activiste écologique engagé, qui veut changer le monde et qui nourrit sur son blog des réflexions animalistes, antispécistes, écologiques, évidemment tout le monde n'est pas du même avis et les commentaires, les débats sont parfois houleux, violents.
On y trouve des références à Peter Singer, Georges Orwell avec " la ferme aux animaux " et Jonathan Safran Foer avec " Faut-il manger les animaux " ( bon livre au passage).
Selon la sensibilité de chacun, ce livre vous plaira ou pas, en tout cas il y a un parti pris dans son ensemble, et tout livre qui nourrit ma réflexion sur des sujets très présents dans notre société m'intéresse, on n'y reste pas insensible dans tous les cas. 
Cependant, la déception vient plus du côté imaginaire, qui est mince, pas inintéressant mais tellement faible ! que ça pourrait décevoir le lecteur qui s'attendrait à un vrai livre fantastique ou SF, vous voilà prévenu lecteur, passerez vous de l'autre côté ?

Malgré un imaginaire peu développé, ce roman de Johanna Sinisalo reste un bon roman, court, facile à lire et tellement dans l'air du temps.

Ma note:  7,5/10


Vous pouvez aussi voir les avis de  Le chien critiqueYogoAlbedoCanal Hurlant


4. Europe Septentrionale 

c'est par ici



lundi 27 avril 2020

#ProjetMaki " Vous prendrez bien quelques nouvelles " Avril 2020


Principe :

 Lire au moins un texte court par semaine durant l'année 2020. Par texte court, s'entendent les nouvelles isolées disponibles à l'unité, celles issues des revues types Bifrost, Angle-Mort... ou encore celles publiées dans des recueils et des anthologies, sans oublier les novellas. Je précise qu'il s'agit de textes relevant obligatoirement des littératures de l'Imaginaire.

J'ai choisi comme objectif : 

l'objectif Maki Catta : Carton plein, avec au moins une nouvelle par semaine soit au moins 52 textes.



Ce mois-ci, mon objectif était de lire un fix-up par semaine, défi relevé !

Je vous fais un petit récapitulatif de mes très bonnes pioches, grâce surtout aux conseils des uns et des autres blogopotes:

***

#13 Les Monades urbaines de Robert Silverberg, auteur que j'apprécie de plus en plus, ma prochaine lecture de l'auteur sera " L'homme dans le labyrinthe " 

***

#14 Lum'en de Laurent Genefort, un univers de planet opéra vraiment original et exotique,
j'ai découvert l'auteur et ma probable lecture pour le découvrir un peu plus sera " Points chauds " 

***

#15 Des milliards de tapis de cheveux d'Andreas Eschbach, un véritable coup de coeur, un chef d'oeuvre, un sans faute tout simplement ! je tenterai un autre univers de l'auteur, je lirai " En panne sèche"

***

#16 Des Sorciers et des Hommes de Thomas Geha, ce n'est pas mon genre de prédilection, mais j'aime en lire de temps en temps, ici de la fantasy classé Sword and Sorcery, un très bon moment de lecture dépaysante et bien construite, je ne sais pas quel livre je lirai pour apprécier la belle plume de l'auteur, mais j'y reviendrai c'est certain.

***

#16/52

En plus j'ai fait d'1 pierre 2 coups puisque 2 lectures rentrent également dans le #Déficortex, "Lum'en" et "Des sorciers et des Hommes", elle est pas belle la vie !!

c'est par ici