dimanche 30 juin 2019

Trois hourras pour Lady Évangeline

roman court, 240 pages

Quatrième de couverture:


« Le Temps Incertain était l’un des plus puissants bâtiments militaires de sa catégorie. Il mit quatorze heures à mourir.
Au voisinage d’Esméralda, les rides de l’espace-Tau annoncèrent sa venue et froissèrent temporairement l’espace local. Si un quelconque caillou errant avait été assez gros pour endommager le vaisseau, il aurait été repoussé hors de portée.

Mais ce qui se tenait là était trop minuscule pour être affecté.

Du moins au début. »


Évangeline, jeune fille de bonne famille à la conduite dévergondée, est envoyée par son père diplomate sur un planétoïde école. Mais une étrange population d’insectes en prend le contrôle. Seule Évangeline en réchappe, au prix d’une métamorphose qui la terrifie.

Cependant, à quatorze sauts-Tau de là, le bâtiment de son père est confronté à un ennemi terrifiant : un nuage de particules intelligentes dévore littéralement les vaisseaux et les colonies humaines.

Pour survivre, Évangeline et son père vont devoir accepter leurs différences et unir leurs forces. Si c’est encore possible.



Mon Post-it:


Évangéline est une adolescente qui va être en mode survie sur le planétoïde école où elle est envoyée, elle va découvrir et utiliser ses sens de manière engagés afin de pouvoir survivre à une ruche d’insectes hostile, intrusive mais non violente, c’est une partie du livre intéressante, elle va devoir déceler le fonctionnement de la ruche, gérer ses émotions et ses pulsions, développer des capacités d’adaptations surprenantes. ( notamment la façon de se nourrir, j’ai adoré,) 
le décor est assez déroutant, c’est comme évoluer dans un intestin ( la couverture est assez explicite sur ce point)  
Pendant ce temps dans un autre environnement son père ambassadeur sur un vaisseau va lui être confronté à ce fameux nuage de particules intelligentes carnivore de métal, impressionnant et déconcertant.
D’un côté un «  ennemi » organique, gluant, chaud et de l’autre un « ennemi » froid, abstrait, violent.
Le livre fait la part belle aux héroïnes, l’humour n’est pas sans reste et l’auteur de manière intelligente alterne les chapitres tantôt Évangéline et la promiscuité avec sa ruche, tantôt sur le vaisseau du père ambassadeur où la situation est vraiment critique, puis plus on avance plus une synergie s’opère, esprit d’équipe et  coopération vont aider ce joli petit monde à se sortir de l’impasse, ils vont devoir outrepasser les différences de genre et d’esprit pour sauver l’humanité face des intelligences bien différentes.
J’ai tout simplement adoré ce livre, faire un roman court, intelligent, bien pensé sans fioritures, qui nous fait réfléchir sur les Autres, leurs façons de penser et comment appréhender la différence, ont-ils seulement conscience d’eux-mêmes ?

A lire de toute urgence

Ma note: 10/10 💙💙

illustration: 9/10 💙

de Pierre Bourgerie vraiment belle qui attire l'oeil et fidèle à l'histoire, intrigante, le contraste est beau.

Voir aussi l'avis de Au pays des caves trolls

L'atalante Cliquez ici



lecture 2

challenge 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire