dimanche 18 août 2019

Tau zéro

304 pages
audiobook avec audible

Quatrième de couverture:

L’aventure ultime : le premier vol habité hors du système solaire…
Terre. XXIIIe siècle. Ils sont cinquante. Vingt-cinq femmes, vingt-cinq hommes. Parmi les meilleurs dans leurs domaines : astrophysiciens, mathématiciens, biologistes, astronavigateurs… Leur mission est la plus sidérante qui soit : rejoindre l’étoile Beta Virginis en quête d’une nouvelle Terre. Ils disposent pour ce faire du plus stupéfiant des vaisseaux, le Leonora Christina, dernier né de sa génération, un navire capable de puiser son énergie au cœur même de l’espace et d’évoluer à des vitesses relativistes…
Un voyage de trente-deux années-lumière. Un voyage sans retour. Et tous le savent. Tel est le prix que sont prêts à payer ces pionniers d’une aire nouvelle…

Mon Post-it:

J’ai découvert Poul Anderson dans le très bon "l’épée brisée" d’un autre registre, ici avec Tau Zéro, c’est un autre genre, celui de la hard SF, de grande envergure de distance et d’espace, impensable, inimaginable ! ( enfin si quand même un peu )
Dans cet astronef, le Léonora Christina propulsé par la méthode de propulsion Bussard, cinquante élus ( spécialistes de tout poil) destinés a créer la première génération sur une planète autour de Beta Virginis, situé à trente-deux années lumières, vont vivre un voyage des plus extraordinaire.
Dans ce huis clos, on y découvre la capacité de 50 hommes et femmes à maintenir une cohésion sur le long terme, comment la vie à bord peut devenir tendue, tant sur le plan affectif que sur le plan vital, les personnages principaux ne sont qu’une poignée à être développés par l’auteur, le gendarme du vaisseau Charles Reymont y tient une place importante, car c’est lui qui détient en partie les clés de la réussite de ce voyage.
Comment tout ce petit monde va réagir face à une situation critique qui fera de ce voyage, un voyage sans fin …
je suis mitigé après l’audiolecture de Tau zéro, j’ai aimé traverser cette immensité, c’est vertigineux, c’est beau, la partie hard sf est moyennement accessible pour un néophyte, j'imagine plus plaisante pour un lecteur averti, la postface qui donne les clés pour les moins équipés ( comme moi ) est essentielle et enrichissante, les illustrations faites par l'astrophysicien Roland Lehoucq m’ont beaucoup aidé, malgré tout, le récit est tout de même linéaire, monotone, c’est un classique trop classique, ça ne plaira pas à tout le monde. 
Cet audiolivre lu par Fréderic Kneipp m’a vraiment transporté.

Ma note: 7/10

Voir aussi les avis de, Un papillon dans la luneLorhkanVert



Édition le bélial, Cliquez ici


lecture 5 




6 commentaires:

  1. Mouais, comme prévu, ça me confirme que si je dois relire du Poul Anderson ça sera plus du côté "aventure" - "La Patrouille du temps" ! - que HardSF. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que oui !
      perso j’avais aimé « l’épée brisée » pour « la patrouille du temps », ça sera plus tard peut être !

      Supprimer
  2. C'est tentant, surtout en audio interprété par Frédéric Kneipp que j'vais trouvé vraiment bon pour "Bonheur TM".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah oui, il est fort le Monsieur, et celui-là ne fait pas exception, mais je t'avoue que j'ai dû me concentrer un peu plus, parce que là le récit est lisse, pas faute à Mr Frédéric Kneipp, mais à ce Tau zéro !

      Supprimer
  3. Je trouve la réputation de ce bouquin super surfaite (attention les vieux mâles de la sf vont me tomber dessus 😂)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est vrai que je suis déçu, je m’attendais à mieux, j’aurais au moins essayé !

      Supprimer