dimanche 29 mars 2020

S.O.S Antartica

523 pages - 1998

Quatrième de couverture:
En ce début de XXIe siècle, l'Antarctique, dernière grande étendue inviolée de la planète, est en passe de devenir un champ de bataille.

Si les chercheurs de toutes disciplines continuent de fréquenter la base américaine de McMurdo, ils y croisent désormais des visiteurs inattendus : groupes de riches touristes épris d'aventures extrêmes marchant sur les traces des hardis explorateurs des siècles passés, mais aussi « têtes chercheuses » des firmes multinationales. L'essentiel des ressources pétrolifères mondiales étant taries, les entreprises convoitent les richesses enfouies dans le sous-sol de la banquise, n'hésitant pas à dépenser des millions de dollars pour empêcher la reconduction du traité qui réservait le sixième continent aux recherches scientifiques.
L'Antarctique à vendre ? Pour certains écologistes radicaux, il n'en est pas question, quitte à recourir, pour écarter ce péril, à des interventions musclées. Sans pertes en vies humaines, si possible. Mais, dans l'Antarctique, la moindre action peut avoir des effets dévastateurs.

Mon Post-it:


Au XXI siècle le réchauffement climatique est passé par là, et l'Antarctique est devenu un territoire de convoitise, forages exploratoires qui pourraient devenir des forages de production de pétrole mais aussi de gaz, de minerais.

Le renouvellement du traité de l'Antarctique actuellement suspendu est au coeur du sujet, traité qui protège les ressources des requins capitalistes, ce renouvellement n'est pas assuré, ça coince au niveau politique, de plus dernièrement plusieurs écotages sèment le trouble ( "écotage" contraction d'écologie et sabotage)

Wade assistant sénatorial envoyé sur place pour y faire la lumière, nous offre un beau panel de l'Antarctique au fil de l'histoire.

On découvre la vie et les points de vue des différents personnages, notamment les scientifiques portant leurs efforts sur la connaissance plutôt que sur le fric, la guide de haute montagne Valérie Kenning qui nous fait vivre avec ses riches clients avides de sensations fortes mais pas uniquement les circuits des expéditions d'antan de Scott et Amundsen, et l'on prend conscience des difficultés !
Les conditions de travail dans ce froid mordant ne sont pas simples ni la vie des bases et stations polaires, on retrouve d'autres protagonistes tout au long de l'histoire avec leurs convictions.
Les différentes factions écologistes plus ou moins ultras défendent à leur façon leurs visions de l'Antarctique, même si " les naturels" apportent une réponse plus en phase avec un mode de vie optimiste, un poil utopiste, une fin tournée vers un avenir encourageant.

Les personnages sont intéressants, et les points de vue développés tout autant, mais le développement est long, trop méticuleux, parfois causant, c'est un roman de science-fictive/climate-fiction avec des fortes thématiques.
Kim Stanley Robinson connaît son sujet, je le reconnais, passionné quand il traite un sujet, il le développe et suscite nos réflexions, mais je n'ai pas retrouvé la magie que j'ai pu avoir avec Aurora, il manque un brin de folie.

Ma note:  5/10



Antarctique

Pour participer c'est  ici



4 commentaires: