lundi 27 avril 2020

Des Sorciers et des Hommes

300 pages - Fix-up 

Quatrième de couverture:

Sur la Grande Ile de Colme, quand on sait mettre toute morale de côté, la vie offre de nombreuses opportunités. Boire, voler, rudoyer ou tuer, tel est le quotidien de Hent Guer, un guerrier redoutable, et de Pic Caram, un sorcier aux rubans. Toutefois, leurs plans se trouvent contrariés lorsqu'un matin de gueule de bois, Hent constate, impuissant, la disparition de Pic. Sur la Grande Ile de Colme comme ailleurs, les talents d'un sorcier aux rubans attirent bien des convoitises ! Pour le guerrier, pas question d'abandonner son partenaire de crime : spolier son prochain est beaucoup plus drôle avec l'aide d'un sorcier à la morale légère.

Mon Post-it:

J'ai beaucoup aimé suivre Hent le guerrier et Pic Caram le sorcier aux rubans, deux compères qui s'associent parfaitement, pour le pire et le meilleur, je dois dire qu'ils sont attachants, leur association fonctionne à merveille, arnaques et fourberies au menu.
Ils parcourent plusieurs contrées et y laissent des souvenirs ma foi, impérissables !
Le livre se découpe en six épisodes, et je dois avouer que ceux sans nos deux acolytes m'ont moins transporté, même si Drao Druber, fouillevie, personnage bienveillant malgré sa profession, apporte un plus à l'histoire.
La gent féminine est bien présente et engagée, j'ai aussi apprécié au fil de l'histoire, l'introduction des métiers qui nourrissent bien l'univers, qui le renforcent, comme, le cloutier, le bourrelier, le grainetier, la ferrante, le bouvier, etc.
L'épisode quatre du " soirisier " est inattendu et bien pensé, disons que " l'espoir fait vivre, l'attente fait mourir ".
Dans ce roman axé Sword and Sorcery , la dose est correcte, les pouvoirs du sorcier sont subtils et bien pensés, mais un peu timide, j'aurais aimé en avoir plus, c'est vraiment  personnel.
Dans un épisode final un peu longuet, mais rien de méchant, nos deux complices, vont devoir passer à la caisse avec un final bien réalisé.

Sous forme d'un fix-up, captivant, dynamique et bien construit en six épisodes, Thomas Geha sait nous faire plaisir, et l'on passe un très bon moment de lecture, n'est ce pas là l'essentiel.

Pas de carte pour la version numérique.

une mention toute spéciale pour la superbe couverture de Xavier Collette, que je connais plus dans l'univers du jeu de plateau.

Ma note:  7,5/10



#16/32, le récap ici


c'est par ici
Bretagne 


2 commentaires:

  1. Pic et Hent attachants ? Ah, là je comprends mieux pourquoi je suis sorti mitigé de ma lecture - en plus de réserves plus prononcées que les tiennes sur la dernière nouvelle - je n'ai jamais réussi à passer à ce stade de connivence. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Je comprends aussi que tu sois mitigé du coup, car pour moi c’est vraiment ces deux personnages qui tiennent le récit, si tu les enlèves, ça devient moins dynamique et l’ennui peu vite arriver.

      Supprimer