dimanche 3 mai 2020

Le Sang des fleurs

288 pages 

Quatrième de couverture:

Elle est beaucoup trop bavarde, je vous conseille de faire l'impasse, sinon c'est par ici 

Mon Post-it:

Nous le savons (ou pas !) mais l'effondrement des colonies d'abeilles est un drame écologique avec des effets négatifs sous-évalués, c'est ce que "Le Sang des fleurs" veut nous démontrer dans une histoire familiale dramatico-fantastique, éviter la beepocalypse.

Le récit étalé sur seize jours, alternant la vie d'Orvo le personnage principal, père, directeur d'une entreprise de pompes funèbres et apiculteur et le blog d'Eero le fils de celui-ci.
Pour Orvo, on y trouve les vicissitudes de la vie quotidienne, des passages prenants notamment sur le métier de pompes funèbres, on apprend sur la biologie des abeilles et sur la mythologie.
Pour Eero, activiste écologique engagé, qui veut changer le monde et qui nourrit sur son blog des réflexions animalistes, antispécistes, écologiques, évidemment tout le monde n'est pas du même avis et les commentaires, les débats sont parfois houleux, violents.
On y trouve des références à Peter Singer, Georges Orwell avec "La Ferme aux animaux" et Jonathan Safran Foer avec "Faut-il manger les animaux" (bon livre au passage).
Selon la sensibilité de chacun, ce livre vous plaira ou pas, en tout cas il y a un parti pris dans son ensemble, et tout livre qui nourrit ma réflexion sur des sujets très présents dans notre société m'intéresse, on n'y reste pas insensible dans tous les cas. 
Cependant, la déception vient plus du côté imaginaire, qui est mince, pas inintéressant mais tellement faible, que cela pourrait décevoir le lecteur qui s'attendrait à un vrai livre fantastique ou science-fiction, vous voilà prévenu lecteur, passerez-vous de l'autre côté ?

Malgré un imaginaire peu développé, ce roman de Johanna Sinisalo reste un bon roman, court, facile à lire et tellement dans l'air du temps.

Ma note:  7,5/10


Vous pouvez aussi voir les avis de  Le chien critiqueYogoAlbedoCanal Hurlant


4. Europe Septentrionale 

c'est par ici



4 commentaires:

  1. La thématique est importante mais, malgré les bons retours, il continue de me faire peur - comme tous les livres de l'autrice, en fait. Je crois que j'aurais justement bien apprécié plus d'imaginaire pour me le faire passer plus facilement. Pas sûr de commencer ma découverte ici du coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est sûr que l’imaginaire n’est pas le point fort du livre, Il vaut mieux faire l’impasse si c’est une attente pour toi. Je me suis lancé dans « Une histoire des abeilles » de Maja Lunde, sur une thématique proche, il semblerait qu’il soit meilleur, à suivre.

      Supprimer
  2. Presque deux ans après l'avoir lu, je m'en rappelle encore bien que mon ressenti était mitigé. Mais c'est plus l'histoire et le traitement animal qui se rappelle à moi que les abeilles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, les abeilles sont en fin de compte peu présentes dans le livre.
      J’espère que ma prochaine lecture sur le thème sera plus à la hauteur.

      Supprimer