mardi 14 juillet 2020

Grand central arena

Trilogie, 576 pages

Quatrième de couverture:

Ce ne devait être qu'un vol d'essai automatisé et la pilote, Ariane Austin, n'interviendrait qu'en dernier recours ; fort de la propulsion Sandrisson, le Graal allait franchir le dernier obstacle à l'expansion de l'humanité : le mur de la lumière.
Mais c'est sur un autre mur que bute le vaisseau car la propulsion supraluminique ne conduit pas vers les étoiles, elle conduit à l'Arène.
Piégé dans cette colossale enceinte qui dépasse l'imagination, l'équipage du Graal va devoir en apprendre les règles pour y survivre. S'y faire respecter parmi les multitudes d'espèces extraterrestres qui la peuplent, s'en échapper et protéger le destin de l'humanité.
Le space opera de l'âge d'or de la s.-f. américaine est de retour ! De l'action, de la manipulation, de grands enjeux et de rudes affrontements, de l'exotisme et tout un bestiaire d'extraterrestres baroques.

Mon post-it:

Un petit équipage de spécialistes, s'embarque pour un simple saut aller-retour à bord du vaisseau d'essai " Le Graal " afin de prouver la possibilité du voyage supraluminique. Évidemment, tout ne va pas fonctionner comme prévuils vont se retrouver coincés dans un espace sphérique d'une taille gigantesque ( une autre idée au paradoxe de Fermi ), n'arrivant pas à redémarrer le réacteur nucléaire et les IAs, pourtant indispensable, ce petit groupe emmené par la pilote et chef de groupe malgré elle Ariane Austin, va découvrir leur nouvel environnement étrange, immense. Rapidement, ils vont faire la connaissance d'un extraterrestre, qui va devenir leur guide et instructeur, en vue de découvrir cette tentaculaire structure et apprendre les règles et codes à tenir. Mais pour avoir des droits, ils vont devoir aussi relevés des défis lancés par des factions E.T. , en effet pour devenir faction à part entière, pouvoir détenir une ambassade et lieu de vie, l'humanité va devoir se frotter à des factions pas toujours faciles, faire des alliances, des choix, user de ruse et de diplomatie. Ariane et ses compagnons d'aventure, vont-ils réussir à obtenir le sésame pour espérer revoir un jour leur semblable, mais dans l'arène rien n'est acquis !
Mise à part un langage un peu technique, hard SF à l'entame du livre, c'est tout à fait accessible, dynamique et l'on ne s'ennuie pas, un poil ambiance " Gardiens de la galaxie ".  Les défis sont variés, l'auteur évite de multiplier les personnages pour garder l'essence du récit, on parle plus en faction et ça s'est bien vu, il nous fait part aussi des pensées des personnages pour développer l'intrigue, le tout est bien développé. Un coup de coeur pour ma part, un roman de space opéra d'aventure qui fait le boulot et qui le fait bien.
Ma note: 10/10 💙
1
RSF blog






4 commentaires:

  1. Je pensais passer vite à autre chose mais je vois des jeux et des défis et mon aversion pour la moindre parcelle de Hard-SF me dit qu'on pourrait finalement faire une petite exception... Ça s'envisage pour un SSW. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, surtout que la partie hard SF n’est pas énorme, au début quelques pages après c’est du tout bon, vraiment.

      Supprimer
  2. A noter en cas d'envie de space-opéra, du coup, non ?

    RépondreSupprimer