vendredi 14 août 2020

Sphères d'influence


528 pages - trilogie - tome 2

Quatrième de couverture:

S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ? Ainsi se formule ce qu’on appelle le paradoxe de Fermi.
Eh bien, ils sont dans l’Arène, répond Ryk E. Spoor.
Et, de fait, ils y sont des multitudes, dans cet inimaginable univers condensé, soumis à des règles édictées par on ne sait qui ou quoi. D’innombrables espèces représentées par leurs factions, parmi lesquelles, depuis peu, celle de l’Humanité.
Leader de la faction Humanité : une charge qu’Ariane Austin, ci-devant pilote spatiale de course d’obstacles, doit assumer en dépit de tous les dangers, complots et trahisons, dont certaines fomentées dans son propre camp.
Par bonheur se tient désormais auprès d’elle Sun Wukong, le Roi des Singes hypérion, le plus redoutable des gardes du corps. Il ne sera pas de trop pour surmonter les épreuves que la cohabitation conflictuelle réserve aux résidents de l’Arène…

Sphères d’influence fait suite à Grand Central Arena.

Mon Post-it:

Après le retour dans le système solaire d'Ariane Austin, leader de la faction humanité dans l'arène, elle apprend à ses semblables que l'univers n'est pas vide, bien au contraire. Elle leur apprend aussi que les règles du jeu, là-haut, sont bien différentes que chez eux, et qu'ils ont déjà des ennemis de haut niveau. Évidemment, les gradés sur terre veulent reprendre la main et gérer par eux-mêmes les futures décisions, mais cela n'est pas aussi simple puisque l'arène répond à des codes précis.
L'hypérion Marc Duquesne, va pour ça part recruter un garde du corps lui aussi survivant d'hyperion, qui répond au nom de Sun Wukong, fort et puissant, capable de coup de pied ouragan comme Ryu et Ken dans Street fighter, c'est dire !
De retour dans l'arène, la faction humanité va avoir du pain sur la planche, l'histoire prend de l'épaisseur à ce niveau du livre, car en plus de continuer les affaires courantes avec les autres factions, ils vont devoir enseigner les bonnes manières aux nouveaux venus afin d'éviter des défis non désirés, gérer des personnes qui acceptent mal la gouvernance d'Ariane, la recherche de portes célestes qui permettraient de se déplacer plus rapidement dans cette immensité.
Chaque personnage du premier tome, à une tâche qui va permettre un développement rapide et efficace de la faction, mais qui va aussi susciter jalousies et convoitises, générant une bataille spatiale de grande ampleur, ou le roi singe, Wu va pleinement jouer son rôle de gardien de la faction, qu'en sera t'il d'Ariane ?
Une fin plus aboutie que le premier volet.
En résumé de tout cela, une première partie assez longue qui parle beaucoup, puis un retour dans l'arène que l'auteur à voulu plus dans l'influence, la politique, la diplomatie, avec les factions et personnages déjà connus du premier volet, sans nous faire découvrir d'autres factions parmi les cinq mille existantes, ni d'autres défis. J'aurais vraiment  aimé découvrir d'autres entités qui auraient apporté à l'histoire un peu de fraîcheur. Malgré quelques personnages supplémentaires, la lecture de ce second tome reste toujours fluide et ça, c'est fort, car c'est quand même un roman d'envergure.

Espérons que le dernier tome verra le jour en vf.


Ma note:  7/10 

2










2 commentaires:

  1. C'est cool de chroniquer la série. M Lhisbei les a lu il me semble. Je lui ferai suivre tes billets :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super, il en a pensé quoi Mr Lhisbei ? J’espère 🤞 pouvoir lire le tome trois en VF mais c’est moins sûr ça !
      A suivre

      Supprimer