samedi 12 septembre 2020

Apprendre, si par bonheur & Le monde enfin

Novella - 144 pages

Dans "Apprendre, si par bonheur " nous suivons un équipage de quatre personnes partis en mission d'exploration sur quatre exoplanètes préalablement choisies dans le but d'y découvrir la vie.
Chaque planète à ses particularités qui nécessite aux membres d'équipages d'avoir recours à la " somaformation ", qui consiste à bénéficier de technologies qui permettent au corps de s'adapter à l'environnement. ( ben oui, tout n'est pas comme sur terre ! )
Maintenant bien équipé, ce petit monde part en " virée " dans l'espoir d'y rencontrer, d'observer de la vie !
Ce sont clairement les descriptions que nous exposent Becky Chambers qui sont le point fort de son livre avec une imagination fructueuse, captivante et qui donne une planétologie comparée fort intéressante.
J'ai beaucoup aimé la planète Opéra qui porte bien son nom (on y trouve une espèce tout à fait charmante), ainsi que l'idée ultime  de: " je suis qui pour lever une pierre et déranger la vie qui s'y trouve ", c'est vrai que l'on peut se poser la question.
Évidemment les relations et les sens dans l'habitacle sont fluctuantes, les nouvelles de la Terre ne sont pas rassurantes, néanmoins la mission se poursuit et des questions se posent et restent en suspend ...
Un planet opéra qui est court et efficace, avec du soft SF, juste ce qu'il faut pour donner envie d'avancer avec une histoire simple pour un format qui s'y prête bien.
J'ai envie de découvrir son roman du coup.

9/10


26/52
CLIC

3
Clic



Novella 


Ce récit post-apocalyptique au ton parfois cru et assez sombre, nous fait traverser différentes villes françaises où l'on accompagne un vieil homme qui souhaite revoir la mer une dernière fois avant de mourir.
Une pandémie à mise à mal la vie sur terre, la fertilité n'est plus au rendez-vous et l'humanité se meurt.
Au fil de son périple, on se rend bien compte que l'homme n'a plus sa place dans ce monde, la nature reprend ses droits et les animaux errent en nombre dans les villes abandonnées, la survie est difficile pour les humains, dans des conditions rudimentaires, parfois sales.
Pas d'espoir, pas de sursaut, c'est la fin, enfin juste pour l'humanité ...
J'aime ce genre de récit qui pousse l'idée jusqu'au bout sans concession et qui peut parfois amener l'homme dans ses retranchements les plus extrêmes allant jusqu'à l'extinction, malheureusement je n'ai pas réussi à rentrer dans l'histoire.

7/10 

27/52
CLIC






4 commentaires:

  1. La novella de Becjky Chambers est vraiment top ! A lire et à fire lire

    Je ne connais pas le texte de Jean Pierre Andrevon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le Chambers top, pour Le monde enfin, tu loupes rien.

      Supprimer
  2. C'est une note élevée pour un texte dans lequel tu n'es pas rentré. ^^
    Je lirai à coup sûr le Becky Chambers, ça a l'air vraiment top.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j’ai hésité à mettre un 6 à dire vrai, mais j’ai quand même voulu « récompenser » la conviction assumée jusqu’au bout de l’auteur, qui a le mérite de le faire, je pense que souvent les auteurs finissent par une note positive, soit pour plaire aux lecteurs ou pour ne pas finir le livre sur une mauvaise note.
      L’histoire n’est pas au rendez-vous, quand le personnage principal n’a pas de nom, c’est dur de s’immerger dans le récit.

      Le Chambers est franchement bien et il devrait te plaire je pense.

      Supprimer