mercredi 24 février 2021

Silo générations

 

Dernier tome, 480 pages 

Le pitch:

A la suite d'un soulèvement, les habitants du silo 18 sont face à une nouvelle donne. Certains embrassent le changement, d'autres appréhendent l'inconnu. Personne n'est maître de son destin. Le silo est toujours sous la menace de ceux qui veulent le détruire. Et Juliette sait qu'elle doit les arrêter. La bataille pour le silo a été gagnée. La guerre pour l'humanité ne fait que commencer. Avec Silo Générations, Hugh Howey apporte la touche finale à sa série.

Évitez de lire la suite si vous n'avez pas lu les tomes 1 & 2

Mon post-it:

Le roman est plus court que ses prédécesseurs, au départ l'histoire est plus directe, plus dynamique, notamment avec le personnage de Donald, que j'avais trouvé un peu mou jusque ici, et qui va s'affirmer, tailler dans le vif à la suite des révélations qu'il va découvrir, c'est ici d'ailleurs qu'il va apprendre ce que sa femme Helen est devenue (dur pour Donald) mais aussi ce qui attend les habitants des silos, le pouvoir de quelque-uns sur le droit de vie ou de mort, bref, l'auteur nous abreuve comme depuis le début au goutte à goutte, et encore une fois, personnellement j'ai adoré ça.

Dans le silo 18, on ne chôme pas, Juliette a clairement pris les choses en main, et se lance dans un projet titanesque, je dois bien l'avouer, ça manque de crédibilité, c'est trop gros, enfin, c'est mon ressenti, mais je poursuis ma lecture, curieux de connaître le fin mot de l'histoire. Juliette a une seule idée en tête et oublie que sa fonction de maire lui demande d'être présente sur d'autres fronts, heureusement Lukas aide à temporiser les ardeurs de la jeune femme.

Au fil des pages, l'entreprise de Juliette m'ennuie, et ça devient de moins en moins plausible, du côté du silo 1, les affaires avancent, ça se bouscule, la fin approche mais cela reste plutôt classique, à l'Hollywoodienne.

Au final, l'idée que Hugh Howey met en place pour terminer sa trilogie est en demi-teinte, d'autant plus qu'il insiste dans une voie pour finir sur une jolie pirouette, c'est dommage. Je m'attendais que ça se termine ainsi, c'était la seule fin logique à mes yeux.

Ma note:  6/10

La trilogie:

Globalement, c'est une bonne trilogie, qui vous happe dès les premières pages, avec un deuxième tome qui se bonifie et malgré un dernier décevant, j'ai passé un bon moment de lecture, divertissant et bien mené dans un univers post-apocalyptique tout à fait original. Le côté psychologique que la peur génère sur les populations  (servitude, anxiété) est bien mis en avant au début, une intrigue par alternance entre le silo 1 et 18 qui en fait un bon page-turner, j'aurais quand même aimé découvrir d'autres silos parmi les cinquante (500 000 personnes sur plusieurs générations, 500 ans), parce qu'au final, on ne sait pas ce qu'ils deviennent, mystère !  

Pour la trilogie, ma note finale:   8/10  


Le grand entretien d'une heure avec Hugh Howey réalisé par la méthode scientifique 


D'autres avis chez LorkhanLuneAnudarLe chien critique, ....




4 commentaires: