mardi 9 mars 2021

Chroniques Martiennes

 

320 pages - nouvelle édition 2019


Résumé:


Chroniques Martiennes débute dans les années 2030, où vivent des Martiens à la peau brune et aux yeux pareils à des pièces d'or. Des Martiens télépathes.
Ce fix-up d'une petite trentaine de nouvelles et courtes nouvelles (une sorte d'interlude), va nous dévoiler ce que pourrait être la colonisation de Mars (ou en fin de compte de n'importe quel endroit, car ici le lieu est en quelque sorte une toile de fond)
Au départ, à chaque expédition (l'arrivée d'une fusée) son lot de questions, de réflexions, de thématiques qui sont les reflets de la société, de la nature humaine.
Ces nouvelles sont parfois drôles, loufoques à l'instar de la nouvelle "Les Hommes de la Terre", des astronautes qui débarquent en pensant être des hommes exceptionnels venant de LA Terre, les Martiens vont les rendre fous et les faire douter, c'est la nouvelle que j'ai préférée, magnifique ! 
J'ai aimé aussi "Et la Lune qui luit", avec Spender, l'archéologue qui se pose en protecteur des Autochtones et des lieux de vie, face à ses compatriotes qui ne respectent rien, celle qui touche au religieux avec "Les ballons de feu" qui nous donne une vision de l'évangélisation de Mars, qui n'est pas sans rappeler la colonisation du nouveau monde.
Mais également sur l'exploitation des ressources naturelles et les destructions qui vont avec (quand on sait que Elon Musk veut lancer des bombes nucléaires sur Mars, pour réchauffer la planète et la rendre habitable) on se dit que Ray Bradbury n'est pas loin de la vérité.
La micro nouvelle ou interlude, avec cette analogie de l'invasion des sauterelles et l'arrivée des colons est excellente.

Beaucoup de sujets, de réflexions, des textes qui m'ont plu, d'autres moins, après la moitié, le plaisir à lire les nouvelles a décliné, l’enchaînement de ma lecture a dû y être pour quelque chose, autant dire que j'ai un peu forcé pour finir.
Ça se lit très facilement, plus à picorer qu'à lire comme un roman, à mon avis (cela va dépendre du lecteur/trice)  


Ma note:  6/10

« Les Martiens ont découvert le secret de la vie dans le monde animal. L'animal ne s'interroge pas sur la vie. Il vit. Sa seule de raison de vivre est la vie ; il jouit de la vie et la savoure. » 
 
Dans la nouvelle « La Lune qui luit » Ray Bradbury 

D'autres avis: XapurLuneLe chien critiqueLorkhanVertBaroona, ...


.

Mon défi Mars







10 commentaires:

  1. Ca ne me donne pas envie de lire ce classique ! Par contre j'irai bien faire un tour sur Mars.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'irai bien sur Mars, pour le moment je l'observe d'en bas ! (pourquoi je dis pour le moment, lol)

      Supprimer
  2. Ah, mince pour toi. Je n'avais pas eu ce problème de lassitude, je l'ai clairement lu "comme un roman" - mais avec toutes les qualités d'un fix-up - ce qui permet d'apprécier les petits clins d'oeil entre les nouvelles je pense. Si tu en as quand même apprécié des morceaux, c'est déjà ça. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a des nouvelles vraiment bonnes, et j'ai eu quand même du plaisir à les lire, c'est déjà ça.

      Supprimer
  3. J'avoue tout : je n'ai jamais lu ce monument. Mais j'aimerais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça se lit facile en plus, tu y viendras à un moment donné, surtout si tu en as envie, c'est déjà un bon départ.

      Supprimer
  4. Je l'ai lu il y a une éternité et j'en garde un très bon souvenir. Figure-toi que c'est mon prochain audiolivre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En audiolivre, ça doit être sympa, je lirai ton avis, qui devrait être positif, si tu en as un bon souvenir.
      Tu as pris le pli pour l'audiobook on dirait.

      Supprimer
  5. Lu il y a des années, sur le coup j'avais aimé, mais comme d'hab je ne me souviens plus des textes aujourd'hui. Ca mériterait sans doute une relecture en picorant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ça que c'est bien d'avoir un site/blog pour garder une trace, avec le temps c'est vrai que les souvenirs s'effacent.

      Supprimer